Les syndicats professionnels ont exclusivement pour objet l’étude et la défense des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux, tant collectifs qu’individuels, des personnes visées par leurs statuts C. trav., art. L. 2131-1. Un syndicat n’est donc pas un parti politique ou une association, et son objet ne peut être essentiellement politique, religieux ou commercial.
 
C’est pour remplir leur mission de défense de droits et intérêts des personnes visées par leurs statuts que les syndicats professionnels disposent de nombreux moyens reconnus par la loi d’agir en justice. C’est aussi dans ce cadre que les syndicats représentatifs sont habilités à négocier et conclure des accords collectifs, ou que les syndicats professionnels disposent d’un monopole de présentation des candidatures aux élections professionnelles.
 
Notre remarque : à noter que les syndicats représentatifs au niveau national sont associés à l’élaboration de la politique économique et sociale du pays, et ce parce que leur objet, leur rôle est bien l’étude et la défense des droits des travailleurs. Cette faculté s’exerce notamment au conseil économique et social, au commissariat général au plan, à la Commission nationale des conventions collectives, au comité supérieur de l’emploi, etc. Les organisations syndicales sont aussi appelées à siéger ou à désigner des représentants dans divers organismes tels que : l’Unedic et les Assedic, l’ANPE, l’Afpa, l’Anact, l’Arrco et l’Agirc, etc. Les syndicats sont également présents dans certains organismes consultatifs de l’Union européenne.