221B Baker Street Escape Game Dijon, une enquête qui révèle infractions sur infractions à la législation du travail !

Au 221B Baker Street Escape Game Dijon – situé au 20 Rue Monge à Dijon – on promet une aventure hors du commun aux client.e.s… mais qui se serait douté que ce serait aussi le cas pour ses stagiaires et salarié.e.s ?

C’est à la suite d’une Licence en Droit et en parallèle d’un Master en Administration d’entreprise, que Mr Valentin VOINSON a créé en 2016 le 221B Baker Street Escape Game Dijon. Les choses fonctionnent plutôt bien, voire très bien puisque celui-ci créera en avril 2019 une deuxième société, la société 221B ANIMATIONS situé au 3 place Grangier, toujours à Dijon.

Dans l’affaire, n’oublions pas Adrien Charpentier, dont le 221 B a été le fruit d’une réflexion commune avec Monsieur Voinson. Tous deux sont Dijonnais et baignent dans le domaine du jeu depuis de nombreuses années. Adrien Charpentier n’est pas resté, ayant choisi une autre voix.

On plonge dans le 221B Baker Street Escape Game Dijon.

Toute histoire commence par un début, et comme bien souvent au Centre d’Information du Droit du Travail Dijon, plus précisément par la visite d’un ou d’une salarié.e venu.e nous voir pour des renseignements sur le droit du travail. Enfin disons plutôt un ou une stagiaire. Ni une ni deux, nous nous plongeons dans le dossier, et commençons une longue enquête au cours de laquelle il n’y aura pas besoin de chercher beaucoup d’indices pour comprendre que Mr Valentin Voinson n’a pas les talent d’un grand responsable des ressources humaines. Le code du travail a dû se perdre dans l’une des salles de cet escape game. Une chose est sûre pour les équipes du CIDTD, nous avons notre premier sujet de l’année 2020, nous voilà en immersion au 221B Baker Street Escape Game Dijon.

N’hésite pas, viens faire ton stage chez nous !

Beaucoup d’entreprises, petites ou grandes, prennent des stagiaires, c’est bien connu. Au 221B Baker Street Escape Game Dijon, nous pourrions dire que cela est une coutume, comme nous le disait le ou la stagiaire qui est venu.e nous voir. Un.e salarié.e que nous avons rencontré nous confirmera les dires de celui-ci / celle-ci : << des stagiaires, j’en ai vu passer à la pelle, dès qu’un stagiaire fini son stage, Valentin en reprend un ! >>.

Et effectivement, Monsieur Valentin Voinson à l’air d’apprécier les stagiaires, puisque le 3 octobre 2019, celui-ci publie une annonce sur sa page facebook :  <OFFRE DE STAGE> Tu as envie de rejoindre une entreprise en plein développement ? Tu cherches un stage dans un cadre jeune et convivial ? Tu aimes apprendre, es dynamique et motivé ? Le monde du loisir et de l’événementiel t’attire ? N’hésite pas, viens faire ton stage chez nous !

Une question se pose alors, pourquoi prendre autant de stagiaires ? Surtout que prendre des stagiaires peut être contraignant. Effectivement, pour éviter les abus, les employeurs du secteur privé, public ou associatif sont soumis à une réglementation pour l’accueil de stagiaires. Car le ou la stagiaire n’est pas considéré.e comme un.e salarié.e, il est important de le savoir.

Monsieur Valentin Voinson, ce malgré cette réglementation qui peut vite s’avérer contraignante, ouvre ses portes volontiers aux jeunes souhaitant faire un stage dans le domaine de l’animation. Est-ce par volonté d’aider les jeunes à découvrir ce domaine si magnifique, et à acquérir une nouvelle expérience ? Ou se cache-t-il une énigme derrière cette démarche ? Nous avons peut-être un début de réponse à cette question.

Le monde du loisir et de l’événementiel t’attire ? Tu ne regarderas point ta rémunération en tant que stagiaire !

Le SMIC a succédé, en application d’un décret du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas du 2 janvier 1970, au salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) — instauré par la loi du 11 février 1950, appliquée à partir du 23 août suivant. Aujourd’hui, aucun employeur ne peut payer un.e salarié.e en dessous du smic (10,15 € brut de l’heures), telle est la loi. Mr Valentin VOINSON a peut-être trouvé la parade : prendre des stagiaires. Lors de notre enquête, pas moins de trois stagiaires étaient dans l’effectif, dont certain avec 5 mois de stage à effectuer selon leur convention de stage. Voilà de quoi faire de sacrées économies ! Effectivement, il est beaucoup plus rentable de prendre un.e stagiaire payé.e à 3.75 euros de l’heure plutôt qu’un.e salarié.e au Smic à 10.15 euros brut de l’heure.

Est-ce là la solution de l’énigme derrière cette démarche ? Faire des économies sur la masse salariale en prennent des stagiaires ? Nous avons là une piste qui mérite d’être creusée.

Ils nous faut avant tout rappeler ici que le ou la stagiaire n’est pas lié.e par un contrat de travail à l’entreprise qui l’accueille et n’a pas le statut de salarié.e. Son passage en entreprise n’a qu’un but pédagogique et de formation : même s’il ou elle peut être tenu.e d’exécuter des tâches à caractère professionnel (aucune tâche dangereuse pour sa santé ou sa sécurité ne peut toutefois lui être confiée), il ou elle est dans l’entreprise pour apprendre et/ou observer et n’a donc pas d’obligation de production comme les salarié.e.s. Aucune convention de stage ne peut ainsi être conclue pour exécuter une tâche régulière correspondant à un poste de travail permanent, pour faire face à un accroissement temporaire de l’activité de l’entreprise (ou de l’organisme) d’accueil, pour occuper un emploi saisonnier ou pour remplacer un.e salarié.e ou un.e agent en cas d’absence ou de suspension de son contrat de travail.

Hors, d’après les dires de certain.e.s stagiaire.s : <<les stagiaires font le travail d’un salarié, c’est certain ! Regardez, moi par exemple, les heures que je faisais, pourtant je ne suis que stagiaire>> puis il/elle nous dit : <<Il y avait pas assez de salarié-es pour faire tourner la boutique, il y aurait eu assez de salarié-es, nous n’aurions pas fait tant d’heures, non ? >>.

Au regard des plannings que nous avons à notre disposition (planning récupérés pendant notre enquête), et après vérification, il sera difficile pour notre équipe qui a mené l’enquête de remettre en cause les dires de ce/ cette stagiaire. D’autant que certain/es salarié.e.s nous confirmerons l’information <<heureusement que les stagiaires sont là, sinon on serait mal >>. Nous ne faisons ici que retranscrire les dires de certain.e.s stagiaires et salarié.e.s.

Une chose est sûre, certain.e.s stagiaires auront travaillé plus de 52 heures en une semaine. Nous ne prendrons pas le risque d’affirmer que Monsieur Valentin Voinson prend des stagiaires pour remplacer des salarié.e.s, mais le doute s’installe au regard des plannings et des dires des salarié.e.s pour notre équipe d’enquête.

Nous laisserons à chaque lecteur-ices le soin de se faire sa propre appréciation, après lecture de la totalité de l’article.

Tu aimes apprendre, es dynamique et motivé ? Tu ne regarderas point tes horaires de travail !

Bien que chaque stagiaire dispose d’une convention de stage qui lui est propre, Monsieur Valentin VOINSON, n’est, il faut le dire, pas très regardant quant au contenu de ses  conventions de stage qu’il a d’ailleurs lui-même signé. Nous prendrons l’exemple de l’une de ces conventions, où il est mentionné la chose suivante : << à défaut de la remise d’un règlement intérieur précisant des horaires spécifiques à l’entreprise ou issus d’un accord de branche, et dans le cadre d’un stage à temps plein l’étudiant effectuera son stage du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00, avec une pause déjeuner d’une heure. Le travail de nuit, les jours fériés ou les weekends sont prohibés >>.

Notre enquête nous a permis de récupérer la totalité des plannings horaires de chaque salarié.e.s et stagiaires sur la période allant du 14 janvier 2019 au 25 octobre 2019 ainsi que plusieurs conventions de stage. Comme vous allez le constater, pour travailler ou faire un stage 221B Baker Street Escape Game Dijon, il faut absolument être motivé, dynamique et surtout ne pas regarder sa montre !

Nous prendrons l’exemple d’une stagiaire, qui du lundi 26 août au dimanche 1er septembre 2019 à fait 52.15 de travail effectif. Un autre exemple, ce stagiaire,dont convention de stage précise portant la chose suivante : << à défaut de la remise d’un règlement intérieur précisant des horaires spécifiques à l’entreprise ou issus d’un accord de branche, et dans le cadre d’un stage à temps plein l’étudiant effectuera son stage du lundi au vendredi, de 9h00 à 17h00, avec une pause déjeuner d’une heure. Le travail de nuit, les jours fériées ou les weekends sont prohibés >>. Celui-ci, du lundi 10 juin au dimanche 16 juin aura fait 48h30, allant jusqu’à faire une journée de 15h30 en commençant à 7h00 et finissant à 00h00. C’était le dimanche 30 juin 2019, ce stagiaire aura tout même droit à une pose d’une heure. Nous sommes, vous en conviendrez, bien loin des horaires (9h00 à 17h00) mentionnés dans sa convention de stage. Et nous disposons hélas, en grosse quantité, de bien d’autres exemples de ce type.

On peut dire ouvertement que Monsieur Valention Voinson ne respecte pas certaines conventions de stage. Est-ce pour combler un manque de salarié.e.s au sein du 221B Baker Street Escape Game Dijon ?

Le monde du loisir et de l’événementiel t’attire ? Cool, tu travailleras le dimanche, ce malgré l’interdiction !

Nous allons maintenant vous parler du travail effectué le dimanche par des stagiaires. Bien que le travail du dimanche soit prohibé, via la convention de stage d’un stagiaire, Mr Valentin VOINSON ne va même pas en tenir compte, et va faire travailler un stagiaire pas moins de 14 dimanches, ce entre le 4 mai 2019 et le 31 octobre 2019, période de son stage au sein du 221B Baker Street Escape Game Dijon.

Monsieur Valentin Voinson, n’ayant pas remis à ce stagiaire de règlement de l’entreprise comme le stipule la convention de stage. Ce stagiaire n’aurait jamais dû travailler le dimanche, ni même le samedi puisqu’il sont prohibés via la convention de stage, tout comme le travail de nuit et les jours fériés.

Quand bien même nous ne pouvons affirmer que Monsieur Valentin Voinson prend des stagiaires pour remplacer des salarié.e.s.

Celui-ci a vraisemblablement trouvé la parade pour rendre le travail du dimanche beaucoup plus attractif : ce stagiaire bénéficie d’une indemnité de 3,75 euros de l’heure comme le rappelle la convention de stage, on vous laissera juger par vous-même…

Cerise sur le gâteau, tu travailleras 7 jours sur 7, au 221B Baker Street Escape Game Dijon c’est possible !

Monsieur Valentin Voinson posera la cerise le gâteaux entre le lundi 26 aout et le dimanche premier septembre 2019. Effectivement celui-ci fera travailler une ou un courageux.se 7 jour sur 7 pendant cette période comme le révèle le planning.

Cette ou ce courageux aura accumulé 52h15 de travail effectif en une semaine. Bien qu’il soit interdit de travailler sept jours sur sept, et quand bien même il s’agit de stagiaires ou salarié.e.s, au 221B Baker Street Escape Game Dijon c’est possible ! Chapeau Monsieur Valentin Voinson…

Du 221B Baker Street Escape Game Dijon, au 221B Animations ! Qu’importe ton contrat de travail ou ta convention de stage, tu y travailleras…

Le 221B Baker Street Escape Game Dijon fût créer en 2016 (SIREN : 817 930 613 / SIRET (siège) 81793061300010), la société 221B Animations en avril 2019 (SIREN : 849 903 034 / SIRET (siège) : 84990303400015). Notre enquête aura pu déterminer qu’il s’agit bien de deux sociétés différentes. Bien que des salarié.e.s ait eu, ou ont des contrats de travail pour la société 221B Baker Street Escape Game Dijon, Monsieur Valentin Voinson prendra l’initiative de faire travailler certain.e.s salarié.e.s pour la société 221 B Animations, et inversement. Il en sera de même pour les stagiaires, comme le révèlent les plannings des deux sociétés, car nous disposons aussi des plannings de la société 221 B Animation. Qu’importe les contrats de travail des salarié.e.s, ou stagiaires, pour Monsieur Valentin Voinson, c’est un petit détail vraisemblablement sans importance.

Pas pour les salarié.e.s ou stagiaires qui ont un contrat de travail, ou un une convention de stage pour le 221B Baker Street Escape Game Dijon, et qui doivent travailler pour la société 221 B Animations. Effectivement, la société 221 B Animations oblige les salarié.e.s ou stagiaires a faire des déplacements comme le révèle le planning ci-dessous :

<<Quand on signe un contrat de travail pour le B221 Baker Street Escape Game Dijon, et qu’on se retrouve à travailler sans changement de contrat de travail pour la société 221 B Animations, faire des déplacements, c’est vraiment pas normal>>, nous disait une ou un salarié.e. Ce sera la même chose côté stagiaires : <<Je devais faire mon stage au 20 rue Monge, et je me suis retrouvé.e à plus de 300 kms de Dijon, c’est comme ça>>. Alors avant de signer au 221B Baker Street Escape Game Dijon, ceci n’est qu’un conseil, assurez-vous d’avoir une valise…

Monsieur Valentin Voinson, du RH au management, de la stratégie à la comptabilité, de la communication au marketing,…

Alors que Mr Valentin VOINSON disait sur son compte Linkedin.com : << j’ai la chance à travers ces expériences de toucher à énormément de domaines, du RH au management, de la stratégie à la comptabilité, de la communication au marketing,… etc etc…>>. On peut dire, sans prétention, que Monsieur Valentin VOINSON aura touché à tous les domaines, c’est vrai ! Ce parcours fût une belle réussite, mais à quel prix ?

Celui-ci aura tout de même omis de mentionner sur son compte Linkedin.com un domaine dans lequel il s’avère extrêmement habile, le non-respect des textes qui normalement s’imposent à toutes et tous…

Faire travailler une ou un stagiaire 12h30 dans une journée, nous dirons même 15h30, c’est une infraction à la législation du travail. Faire travailler un ou une stagiaires ou salarié-e 7 jours sur 7, en lui faisant accumuler 52h15 de travail effectif en une semaine, c’est aussi une infraction à la législation du travail ! Il y aura aussi le travail effectif accompli le dimanche par un.e stagiaire qui de par sa convention de stage, n’a pas le droit de travailler le dimanche, cela est une infraction à la législation du travail, une de plus ! On ne parlera même pas du travail de nuit, bref, la liste est grande, vous l’aurez compris.

Alors Monsieur Valentin Voinson, ont fait quoi ?

Face a la gravité de la situation, et vu les éléments que nous avons à notre disposition (planning des deux sociétés, contrats de travail, convention de stages, échanges de mails, de textos, via messenger etc..), il n’y a pour nous plus de doute : les infractions sont bien réelles. Nous allons prendre l’initiative de saisir le Préfet afin de l’alerter sur la situation qu’ont vécu ces stagiaires et salarié.e.s.

Nous avons appris, une fois notre enquête terminée, que Mr Valentin VOINSON avait repris des stagiaires. Certes, il n’y a rien d’illégal à prendre des stagiaires, mais cela nous laisse tout de même dubitatifs, surtout quand on connait le résultat de notre enquête… Nous nous sommes rendu.e.s au 221B Baker Street Escape Game Dijon afin de solliciter le point de vue de monsieur Voinson sur tous ces éléments. Celui-ci étant en vacances à l’étranger jusqu’au 23 janvier, nous n’avons pas pu le rencontrer. Celui-ci pourra bien sûr bénéficier d’un droit de réponse, comme tout un chacun.

Affaire à suivre…